Bienvenue au Syndicat national des Vétérinaires d’Exercice Libéral

Liens

Journée mondiale de la vaccination animale le 20 avril


veterinarians 739252 960 720

Cette journée mondiale pour la vaccination animale a pour objectif de valoriser le rôle que joue la vaccination dans la protection de la santé animale mais également de la santé publique, explique le SIMV qui soutient cette initiative.

La vaccination s’intègre en effet parfaitement dans le contexte « One Health », à savoir la protection de la santé publique et humaine des zoonoses et des maladies alimentaires d’origine animale.

L’initiative débute ainsi et chaque année devrait être animée par le fil conducteur d’un thème. 

Pour 2016, un focus est fait sur l’importance de la vaccination des chats et du maintien de leur vaccination à jour. 

Colloque "Le Vétérinaire, la carte et le territoire" le 12 mai 2016

Jeudi 12 mai 2016 de 10h à 17h
Ministère de l'Agriculture : 78 rue de Varenne 75007 Paris

annonce FB evnt

L'évolution de la démographie vétérinaire en milieu rural est aujourd'hui source d'inquiétudes car porteuse d'inégalités territoriales et pouvant créer des "zones blanches".

Les enjeux à l'installation sont triples :

  • l'apport de services aux populations est un facteur d'attractivité des territoires ;
  • un désert vétérinaire engendre un risque pour la santé publique ;
  • l'installation de vétérinaires génère une activité économique bénéfique pour les territoires.
L'objectif de la journée est de faire émerger des solutions innovantes à moyen terme de façon concertée avec l'ensemble des acteurs concernés.

Programme provisoire

L'accès au colloque se fait sur invitation et sous réserve des places disponibles. Pour toute question, merci denous contacter sur l'adresse suivante : evenements@snvel.fr 

Invitation

Médicaments contrefaits : vétérinaires, médecins et pharmaciens lancent l'alerte

Les trois Ordres et les trois Académies de santé (médecins, pharmaciens, vétérinaires) ont signé le 5 avril un manifeste appelant à lutter efficacement contre le trafic de médicaments contrefaits.
Les trois Ordres et les trois Académies de santé (médecins, pharmaciens, vétérinaires) lancent un cri d'alarme contre le "fléau" des médicaments contrefaits dans un manifeste qui réclame des mesures de répression à l'échelle internationale allant au-delà de simples coups de filet.

Les organisations signataires soulignent que «la fabrication, le transport, la détention et la vente de médicaments ou de vaccins falsifiés sont des crimes qui doivent, être, comme le terrorisme, poursuivis et sanctionnés en raison des graves menaces qu'ils font peser sur la santé publique dans le monde».

Si la France semble encore épargnée par cette problématique, les organisations signataires estiment que le risque existe «du fait notamment de la vente de ces produits via internet».

Elles précisent en effet qu’internet constitue l’un de principaux canaux de distribution de médicaments contrefaits. 
Manifeste MEDICRIME signE (Pdf, 0,11 Mo)

Un diplôme en droit animalier à l'université de Limoges

L'université de Limoges sous l'impulsion du Professeur JP Marguenaud, lance un DU en droit animalier à la rentrée.

L'enseignement se déroulera à Brive.

La durée d'enseignement est de 1 an.

Elle est ouverte aux étudiants et aux professionnels.Il s'agit en l'espèce de la seule formation diplômante en droit animalier en France.

A ce jour seule l'université de Strasbourg proposait un enseignement en droit de l'animal en tant qu'unité d'enseignement dans le cadre du Master Éthique et Société parcours éthique animale.



Un nouveau diplôme en droit animalier à l'Université de Limoges

Suspicion d’un cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) dans les Ardennes

Une suspicion d’un cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détectée chez une vache de race Salers, issue d’une exploitation du département des Ardennes.

La suspicion a été établie le 17 mars par le laboratoire national de référence de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), grâce à des prélèvements réalisés sur l’animal à l'équarrissage.

Les prélèvements ont été envoyés ce jour au laboratoire de référence de l’union européenne (LRUE) afin d’avoir une confirmation du résultat de l’analyse. Le résultat devrait être disponible dans un délai de 8 à 10 jours.

Une enquête épidémiologique a été également lancée pour recueillir les informations pour mieux comprendre l’origine de la maladie si celle-ci était confirmée.

Un arrêté préfectoral de mise sous surveillance (APMS) du troupeau a été pris ce matin par le Préfet des Ardennes.
CP ESB (Pdf, 0,10 Mo)

Vétérinaire, un métier qui attire

Article publié sur le site du Ministère de l'Agriculture

Vous avez des animaux de compagnie ? Venez au stand des vétérinaires, hall 4 – stand E136, des professionnels et des étudiants présentent les différents modes d’exercice de la profession et les cursus de formation. Rencontre avec Thierry Chambon, docteur vétérinaire et vice-président du syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL).

FullSizeRender

« Je crois que c’est le premier métier revendiqué par les enfants », rapporte Thierry Chambon. Sur le stand, une foule d’enfants accompagnés de leurs parents est réunie. Des animateurs apprennent aux jeunes à prendre soin de l’animal de compagnie. Également présentée sur le stand, une clinique vétérinaire virtuelle est animée par des étudiants des écoles de Nantes, Paris, Maisons-Alfort, Toulouse et Lyon.

Faire preuve de pédagogie et de tact

Près de 700 000 visiteurs se rendent au Salon, c’est une belle occasion pour montrer au public ce que font les vétérinaires au quotidien, leur rôle en matière de santé et de bien-être animal mais aussi de santé publique. « Les vétérinaires sont partout dans notre environnement et dans nos vies. Dans les familles, ils soignent les animaux de compagnie. Dans les exploitations agricoles, ils contrôlent les élevages. Des abattoirs jusqu’aux assiettes, ils assurent la sécurité sanitaire.  Dans tous les produits qu’on déguste tous les jours, ils veillent à l’hygiène des aliments. Et c’est pourquoi nous sommes présents au Salon, pour expliquer le rôle des vétérinaires dans la société. » Des vétérinaires, des auxiliaires vétérinaires et des étudiants sont présents pour répondre aux nombreuses questions du public.

Diminuer l’utilisation des antibiotiques

Le plan Écoantibio, lancé en 2012 par Stéphane Le Foll, a pour objectif de réduire de 25% en 5 ans l’usage des antibiotiques, en développant des alternatives qui permettent de préserver la santé des animaux de compagnie et des animaux d’élevage sans avoir à recourir aux antibiotiques. « C’est un sujet tout à fait d’actualité auquel nous participons avec le ministère de l’agriculture. Nous avons déjà bien progressé puisque l’objectif est déjà quasiment atteint bien avant l’échéance prévue », indique le vice-président du SNVEL.

Recruter des jeunes sur tout le territoire

Malgré ces réussites, Thierry Chambon ne cache pas les difficultés auxquelles la profession est confrontée : « Les perspectives sont difficiles en particulier en campagne. Nous avons énormément de mal à recruter en zone rurale des jeunes vétérinaires, qui préfèrent exercer la médecine des animaux de compagnie dans les grandes villes. Le maintien du réseau des vétérinaires sur tout le territoire nécessite le soutien des pouvoirs publics. » Pour autant, le métier de vétérinaire a de beaux jours devant lui, de nombreuses vocations naissent. « C’est un métier qui attire. Quand on voit le monde qui vient fréquenter notre stand, je crois que la passion des jeunes pour la profession de vétérinaire n’est plus à démontrer. »

Le SNVEL présente un espace regroupant :
  • La ferme pédagogique du Salon, en partenariat avec Comexposium/CENECA et l’Organisme de Sélection de la race vosgienne ;
  • La clinique high-tech alliant une équipe formée et compétente et des moyens techniques de pointe ;
  • Les animations « Le Chien + Zen » autour de la possession responsable des animaux de compagnie.

Le SNVEL n'est plus collecteur de la taxe d'apprentissage

La loi du 5 Mars 2014, portant réforme de la formation professionnelle, a modifié le paysage des organismes habilités à collecter la taxe d’apprentissage. 

Depuis le 1er Janvier 2016, le SNVEL n'est plus habilité par l'Etat à collecter la taxe d’apprentissage auprès de ses entreprises vétérinaires. 

Nous vous conseillons de passer par Actalians pour verser votre taxe d'apprentissage. 

Si votre entreprise est assujettie à la taxe d'apprentissage, vous devez vous libérer de cette obligation fiscale avant le 1er mars 2016. Actalians vous accompagne et facilite votre déclaration.

Depuis le 25 janvier 2016, vous pouvez faire votre télédéclaration auprès d'Actalians de manière simple et opérationnelle en cliquant ici.
  • Entreprises assujetties

 les entrepreneurs individuels et les sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés exerçant une activité commerciale, industrielle ou artisanale ou assimilée ; 
• toutes les sociétés, associations et organismes soumis à l'impôt sur les sociétés, à l'exception des organismes sans but lucratif soumis à cet impôt uniquement à raison de leurs revenus fonciers, agricoles ou mobiliers ; 
• les sociétés coopératives de production, transformation, conservation et vente de produits agricoles et leurs unions, quelles que soient leurs activités ; 
• les groupements d'intérêt économique exerçant une activité de nature commerciale, industrielle ou artisanale ou assimilée. 

Sont exonérées :
• les entreprises qui occupent un ou plusieurs apprentis avec lesquels un contrat régulier d'apprentissage a été passé (articles L. 6221-1 à L. 6222-22 du code du travail) et dont la base annuelle d’imposition à la taxe n’excède pas six fois le SMIC annuel (soit 104 941€ en 2015) ;
• les sociétés civiles de moyens lorsque leur activité est non commerciale (conforme à leur objet social) et qu'elles ne réalisent avec les tiers aucune opération susceptible de produire des recettes, ni aucun profit sur les remboursements de frais réclamés à leurs membres ;
• les sociétés et personnes morales ayant pour objet exclusif l'enseignement ;
• les groupements d'employeurs composés d'agriculteurs ou de sociétés civiles agricoles bénéficiant eux-mêmes de l'exonération. En revanche, les autres groupements d’employeurs qui sont, le cas échéant, exonérés à proportion des rémunérations versées dans le cadre de la mise à disposition de personnel à leurs adhérents eux-mêmes non assujettis ou exonérés, sont redevables de la taxe d’apprentissage.

Le taux de la taxe d’apprentissage est de 0,68 % de la masse salariale 2015, 0,44 % pour les établissements situés en Alsace-Moselle.


  Fraction régionale 
à l'apprentissage
Quota Hors quota
Hors Alsace-Moselle 51 % 26 % 23 %
Alsace-Moselle 51 % 49 % 0 %


La fraction régionale à l’apprentissage est reversée par Actalians au Trésor Public. Elle est destinée aux Régions pour le développement de l’apprentissage. 

Le quota sera affecté aux CFA conformément à vos souhaits. 
Attention ! Pour les entreprises ayant accueilli un ou plusieurs apprenti(s) présent(s) au 31/12/2015, le quota sera prioritairement affecté aux CFA d’accueil, à hauteur du coût réel de la formation et dans la limite du quota disponible. Les coûts de formation sont publiés par le Préfet de Région au plus tard le 31/12/2015.


Le hors quota. Cette fraction est destinée à financer les formations initiales, technologiques et professionnelles (hors apprentissage*). Le hors quota est composé de deux catégories non cumulables : Catégorie A (65 %) – Catégorie B (35 %). Il sera affecté aux écoles souhaitées par l’entreprise dans la limite des dispositions légales. 
* Exception : Le hors quota peut être affecté aux CFA en complément du concours financier obligatoire lorsque celui-ci n’est pas couvert par le quota.

Sont déductibles du hors-quota les dépenses suivantes : 
 Les frais de stage de formation initiale 
 Les dons en nature 
 La créance : cette déduction concerne uniquement les entreprises de 250 salariés et plus qui dépassent le seuil de 5 % d’alternants. 

Influenza aviaire : Les vétérinaires accueillent favorablement les mesures du gouvernement et sont mobilisés pour éradiquer la maladie

L’annonce, le 14 janvier 2016, de mesures volontaristes et inédites pour conduire à l’éradication de la maladie a été accueillie favorablement par les vétérinaires.

Les conséquences économiques d’une telle crise sanitaire seront malheureusement très lourdes pour les éleveurs, la filière et la profession vétérinaire et il était nécessaire, en effet, de mettre en place une stratégie permettant un retour à un statut indemne.

Les vétérinaires praticiens de terrain impliqués dans ces filières de production sont, bien évidemment, mobilisés et disponibles pour apporter leur aide et leurs compétences à ce plan d’action.

Nous recommandons à toute personne possédant des animaux de basse-cour et ayant des suspicions de maladie de se rapprocher de son vétérinaire.

Nous rappelons que le vétérinaire praticien est l’acteur référent en matière de santé animale et de santé publique par ses compétences, sa disponibilité et son lien avec la population. 

CP Influenza commun 18012016 (Pdf, 0,42 Mo)

1er janvier 2016 : de nouvelles règles pour l’élevage et la vente de chiens et de chats

A partir du 1er janvier 2016, la réglementation concernant la protection des animaux de compagnie sera renforcée et de nouvelles obligations seront applicables pour encadrer la vente et l’élevage de chiens et de chats.

Capture d’écran 2016 01 04 à 15.38.34

L’objectif poursuivi par le ministère en charge de l’agriculture est double. Il s’agit d’une part de protéger nos animaux de compagnie en s’assurant de leur santé et leur bien-être dans les élevages dont ils proviennent et d’autre part de protéger les acquéreurs en leur assurant une traçabilité lors de l'achat de leur animal et ainsi participer à lutter contre les trafics. 

Ces obligations s’inscrivent plus largement dans la lutte contre l’abandon car elles vont permettre d’encadrer la cession des animaux (via des petites annonces gratuites) et ainsi de lutter contre les dérives telles que les achats  "coup de coeur" sur Internet ou la production d'animaux par des particuliers ne disposant pas des compétences requises ; ces facteurs conduisant malheureusement souvent à l’abandon des animaux par des maîtres mal informés. 

Ce qui change :

- L’obligation pour un particulier de se déclarer éleveur dès la 1ère portée vendue

- L’obligation d’immatriculation pour tous les élevages.
Pour cela, l’éleveur devra préalablement faire une déclaration auprès de la chambre d’agriculture et obtenir un numéro SIREN.

- Le renforcement des mentions obligatoires pour toute publication d’annonce de cession à titre onéreux. Le numéro de SIREN sera la condition de validation des petites annonces gratuites sur Internet. Et les acheteurs pourront eux-mêmes vérifier la validité du numéro SIREN.

- L’interdiction de vendre en libre-service tout animal vertébré.

Le chien + zen : un programme pour améliorer la relation Homme-animal


Chien Masque HDEF Print 01

Le SNVEL lance Le chien + zen, un programme national de connaissances et d’activités pour une cohabitation harmonieuse entre les hommes et les chiens.

Cette initiative prolonge et étend un programme pédagogique étranger destiné à prévenir les morsures canines des enfants de 3-5 ans.

Plus ambitieux, le programme du SNVEL va au-delà des morsures et s’intéresse plus généralement à la relation Homme-chien.

Il s’articule autour de quatre axes : conforter la confiance réciproque qui existe entre l’Homme et l’animal mais aussi la confiance du grand public envers les professionnels de santé, affirmer et faire connaître les bienfaits qui découlent d’une relation harmonieuse entre l’Homme et le chien, rappeler la nécessité d’un engagement responsable dans une relation avec un animal, renforcer l’implication de la profession vétérinaire en replaçant le praticien au centre de la relation Homme-animal.

Evolutif, ce programme a été pensé pour pouvoir être régulièrement enrichi par des informations nationales et locales.

Le chien + zen se traduit concrètement par différents outils à destination du grand public : un site Internet (www.lechienpluszen.fr) comprenant de multiples informations, vidéos, quizz..., une application pour tablette et smartphone et un relais par les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google +, Youtube).

Une page Facebook et un compte Twitter sont ouverts : 

https://twitter.com/lechienpluszen

https://www.facebook.com/lechienpluszen?ref=hl

Le programme sera également présenté lors d’événements nationaux et au cours de nombreuses initiatives qui seront dévoilées tout au long de l’année.

Le lancement officiel du programme Le chien + zen est prévu au Salon de l’agriculture, le 22 février, à Paris-Porte de Versailles, sur le stand vétérinaire dans le hall 4.