Bienvenue au Syndicat national des Vétérinaires d’Exercice Libéral

Liens

Pour le Sénat, les animaux ne sont pas des « êtres vivants doués de sensibilité »

Le Sénat a supprimé le 23 janvier la qualité "d'êtres vivants doués de sensibilité" accordée par l'Assemblée nationale aux animaux, lors de la nouvelle lecture d'un texte de simplification du droit et des procédures. Il revient à l'Assemblée de se prononcer en dernier ressort sur l'ensemble du texte. 

"Pourquoi avoir légiféré à la va-vite sur un tel sujet, d'autant que la rédaction retenue, loin d'être parfaite, soulève de réelles interrogations?" a demandé le rapporteur Thani Mohamed Soilihi (PS).

"Ses promoteurs estiment qu'il faut assurer une reconnaissance symbolique de la spécificité des animaux dans le code civil en affirmant qu'ils sont des êtres doués de sensibilité". Mais pour le sénateur de Mayotte, "la loi n'a pas à dire ce qui est vrai ou faux, elle doit dire ce qui est juste ou injuste, autorisé ou interdit".

"Tout cela est bien sympathique", a estimé Jean-Jacques Hyest (UMP)....L'animal est considéré comme un bien par le code civil "parce qu'on peut le louer ou l'acheter", a-t-il argumenté. "D'autres textes dans d'autres codes ont déjà établi que l'animal est un être sensible." "Réfléchir au droit de l'animal aurait nécessité un autre débat", a-t-il estimé.

L’UNAPL sursoit à sa manifestation nationale et fait du 22 janvier une journée d’action contre les projets destructeurs du Gouvernement

Différents projets de loi comportent des mesures très toxiques et destructrices de l’exercice libéral. Le projet de loi Macron ainsi que ceux de la Santé, de Transition énergétique, de simplification frappent l’ensemble des familles de professions libérales : Santé, Droit, Techniques et Cadre de vie. Les professions libérales sont ouvertes aux réformes, mais pas de cette façon. Elles attendent une véritable concertation et pas un passage en force.

Pour exprimer son opposition à cette politique délétère, et d’autant plus injustifiée que les entreprises libérales sont des vecteurs de croissance et d’emplois pour notre pays, l’UNAPL avait appelé, pour la seconde fois, depuis le 30 septembre, les professionnels libéraux à une manifestation unitaire nationale le 22 janvier à Paris.

Or, les événements tragiques qui ont bouleversé le pays la semaine dernière, et l’expression du grand élan d’unité nationale, dimanche lors de la grande marche à Paris, ont amené l’UNAPL à reconsidérer les moyens de son action et à décider, en accord avec ses organisations membres, de surseoir à manifester le 22 janvier. Les défis vitaux auxquels notre pays est désormais confronté conduisent, naturellement, l’UNAPL à soutenir les efforts d’unité nationale.

Pour autant, surseoir ne signifie pas renoncer. Au contraire, l’UNAPL est plus que jamais déterminée dans son action d’opposition aux projets du Gouvernement qui vont à l’encontre des professions libérales et sont porteurs d’une logique de déclin économique et social. Le 22 janvier sera donc une journée de mobilisation nationale des professions libérales qui prendra la forme d’une conférence de presse des organisations membres de l’UNAPL, aux portes de Bercy (le lieu précis et l’horaire seront précisés ultérieurement). Une délégation de l’UNAPL demandera ensuite à être reçue par le Ministre de l’Économie.

Dans les régions et départements, les UNAPL locales iront en délégation déposer une motion dans les préfectures.

Enfin, ce même jour, les parlementaires et élus locaux de tous bords, recevront une lettre de l’UNAPL leur demandant de s’engager à soutenir les professions libérales qui constituent, avec leurs 2 millions d’emplois non délocalisables, une chance pour notre pays.

Au-delà, l’UNAPL sera hautement vigilante sur le sort des différents textes concernant les professions libérales, à commencer par le projet de loi Macron dont l’examen a débuté à l’Assemblée Nationale. Sans avancées significatives, l’UNAPL n’hésitera pas à durcir le ton, tant les professionnels libéraux sont exaspérés par les méthodes employées par le gouvernement et le fond qui menace de déstabiliser tout un secteur créateur d’emplois et de richesses.

L’UNAPL sera présente dimanche dans la Marche Républicaine

Face à l'attaque meurtrière dont a été victime, le 7 janvier, le magazine Charlie Hebdo, l’UNAPL s'associe à la douleur des familles des victimes. Elle réaffirme que la liberté d'expression et la liberté de la presse sont des droits fondamentaux auxquels nul ne doit renoncer, y compris sous la menace et face à la terreur.

L’UNAPL, organisation syndicale représentative des entreprises libérales, c’est-à-dire d’une forme de la liberté d’entreprendre et d’agir dans notre pays, prendra naturellement part à la Marche Républicaine de tous les citoyens organisée ce dimanche 11 janvier. Une délégation de l’UNAPL, conduite par son président, le Dr. Michel CHASSANG, participera à la Marche Républicaine organisée à Paris.

L’UNAPL exprime son refus de la barbarie et réaffirme son adhésion sans réserve aux valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui constituent le socle de notre République et du vivre ensemble.

L’UNAPL appelle les professionnels libéraux à se mobiliser à cette occasion dans tous les rassemblements organisés à Paris et dans toutes les villes de France.

Les professionnels libéraux sont tous Charlie !

Pas de médicaments vétérinaires pour traiter les poux des enfants

Suite à un nouveau signalement de l’utilisation de produits vétérinaires pour traiter les poux des enfants, l'Anses souhaite rappeler qu'un traitement antiparasitaire, insecticide ou acaricide destiné aux animaux de compagnie ne doit en aucun cas être administré à un humain, a fortiori à un enfant.

L'Anses a de nouveau été informée de l'utilisation de certains médicaments vétérinaires pour le traitement des poux chez les enfants. L’Agence tient donc à rappeler que les médicaments vétérinaires utilisés sont des traitements antiparasitaires, insecticides ou acaricides destinés aux animaux de compagnie. Ces médicaments vétérinaires ont obtenu une Autorisation de mise sur le marché (AMM), préalablement à leur mise sur le marché, délivrée en fonction d'une évaluation bénéfice/risque pour l'espèce animale de destination. Les études toxicologiques et cliniques qui fondent cette évaluation ne prennent en compte que la physiologie et les problèmes pathologiques de l'espèce animale concernée.

Si le risque pour l'homme est identifié et évalué, cela ne concerne que les risques encourus par les personnes manipulant et administrant le médicament vétérinaire. Les études ainsi conduites ne correspondent en aucun cas à des études cliniques permettant de justifier une utilisation thérapeutique sans risque chez l'homme.

Par ailleurs, les insecticides ou acaricides destinés à l'homme relèvent du statut du médicament à usage humain et sont également soumis à la délivrance préalable d'une AMM par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Cette AMM est délivrée à l'issue d'études toxicologique et clinique adaptées, distinctes de celles conduites pour la délivrance des AMM vétérinaires.

En conséquence, l'Anses rappelle qu'un traitement antiparasitaire, insecticide ou acaricide destiné aux animaux de compagnie ne doit en aucun cas être administré à un humain, a fortiori à un enfant.

Risques psychosociaux : participez au programme de prévention du RSI

Le Régime social des indépendants (RSI) a développé un programme de prévention des risques au travail - orienté préférentiellement sur les risques psychosociaux - appliqué à la profession vétérinaire (RSI Prévention Pro).

Le but est d’améliorer le suivi médical du vétérinaire libéral en lui offrant une visite médicale gratuite auprès d’un médecin généraliste. «Le but est d’améliorer le suivi médical du vétérinaire libéral.»

Auto-questionnaire

Cette consultation est optimisée par un auto-questionnaire préalablement rempli par le vétérinaire, qu’il donne au médecin, lequel dispose par ailleurs d’une fiche technique de synthèse et d’orientation.

Ce questionnaire RSI Prévention Pro est accessible en ligne via la page Internet deprésentation du programme sur le site institutionnel du RSI.

Une fois rempli, il est téléchargeable et imprimable. A noter que le RSI collecte les données saisies de manière totalement anonyme à des fins uniquement statistiques. 

Une affiche pour l’hygiène des mains


Capture d’ecran 2014 05 15 a 14.55.56
L’Ordre des vétérinaires, l’Afvac, l’Avef, la SNGTV et le SNVEL ont participé à la Journée mondiale pour l’hygiène des mains, le 5 mai, initiée par l’OMS et l’OIE.

A cette occasion, une affiche a été créée. Elle est téléchargeable sur le site de l’Ordre (www.veterinaire.fr).

Elle sera aussi envoyée imprimée avec le rapport annuel de l’Ordre courant de ce mois.

Lutte contre l’antibiorésistance
« Cette action de la profession vétérinaire s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance car de simples règles d’hygiène, dont le lavage des mains est la parfaite illustration, permettent de limiter les infections et leur transmission et d’avoir recours aux antibiotiques », explique l’Ordre dans sa newsletter du 7 mai.

L’Ordre invite les vétérinaires à exposer cette affiche dans leurs établissements de soins de manière à diffuser « ce message primordial » auprès de leurs clients et des équipes soignantes.

Le chien + zen : un programme pour améliorer la relation Homme-animal


Chien Masque HDEF Print 01

Le SNVEL lance Le chien + zen, un programme national de connaissances et d’activités pour une cohabitation harmonieuse entre les hommes et les chiens.

Cette initiative prolonge et étend un programme pédagogique étranger destiné à prévenir les morsures canines des enfants de 3-5 ans.

Plus ambitieux, le programme du SNVEL va au-delà des morsures et s’intéresse plus généralement à la relation Homme-chien.

Il s’articule autour de quatre axes : conforter la confiance réciproque qui existe entre l’Homme et l’animal mais aussi la confiance du grand public envers les professionnels de santé, affirmer et faire connaître les bienfaits qui découlent d’une relation harmonieuse entre l’Homme et le chien, rappeler la nécessité d’un engagement responsable dans une relation avec un animal, renforcer l’implication de la profession vétérinaire en replaçant le praticien au centre de la relation Homme-animal.

Evolutif, ce programme a été pensé pour pouvoir être régulièrement enrichi par des informations nationales et locales.

Le chien + zen se traduit concrètement par différents outils à destination du grand public : un site Internet (www.lechienpluszen.fr) comprenant de multiples informations, vidéos, quizz..., une application pour tablette et smartphone et un relais par les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google +, Youtube).

Une page Facebook et un compte Twitter sont ouverts : 

https://twitter.com/lechienpluszen

https://www.facebook.com/lechienpluszen?ref=hl

Le programme sera également présenté lors d’événements nationaux et au cours de nombreuses initiatives qui seront dévoilées tout au long de l’année.

Le lancement officiel du programme Le chien + zen est prévu au Salon de l’agriculture, le 22 février, à Paris-Porte de Versailles, sur le stand vétérinaire dans le hall 4.